mardi 15 mai 2012

Découverte auteur: Grégory VUIBOUT






Découverte auteur

Nom: Grégory VUIBOUT


 Jeune auteur, Grégory VUIBOUT situe l’essentiel de sa création dans le champ historique et sociétal qu’un brin d’imaginaire vient rehausser. Titulaire d’une maitrise d’histoire et d’un DEA de philosophie politique, Grégory VUIBOUT cherche dans la littérature le vecteur à une réflexion de bien plus grande portée que ce que les sciences humaines offrent intrinsèquement parlant.

Les livres de Grégory VUIBOUT aux Editions Myriel: 


Une adolescence assassine, sorti en février 2012


 4ème de couv:
A la confluence de la folie, de l’égoïsme et de la vanité, « l’ambition criminelle » n’attend pas nécessairement le nombre des années pour s’incarner. Là est, à coup sûr, le double trait de sa sournoiserie et de sa puissance de conviction. Qu’existe-t-il pour nous préserver d’un passage à l’acte qui bien souvent se pare des attributs de l’inoffensivité ? Assez peu de choses au fond. On cède un peu par lâcheté et déni de réalité.
Recueil de nouvelles, Une adolescence assassine, ne nous le montre que trop bien
Le crime est bien souvent explicable par cette conjonction entre l’anodin de notre égoïsme et l’inconséquence d’une certaine immaturité. C’est en cela qu’il peut avoir pour bras armé des presque enfants.





Ce(ux) qui reste(nt), sorti en Avril 2012



4ème de couv.:
Drame d’une inéluctable folie, longue chute d’un adolescent convaincu de devoir céder à ses plus irrépressibles envies de meurtre, Ce(ux) qui reste(nt) c’est un peu tout ça à la fois. C’est l’histoire de Luke, jeune homme sans histoire autre que celle de sa folie sourde ; et qui poussé par les mauvaises conseillères que sont ses amitiés et sa logique se transforme, peu à peu, en un assassin terrifiant.
Roman sur la précocité inquiétante du crime, Ce(ux) qui reste(nt) est aussi un récit sur la souffrance que la mort d’un enfant provoque chez ceux qui, tant de fois, ont rêvé de le savoir immortel pour mieux réussir à chasser la crainte de le savoir en danger.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire